Coulisses

Bienvenue dans ma « Réalité(s) », petit retour informel sur les Utopiales 2015

Qu’est-ce que les Utopiales ?

Il s’agit d’un festival international sur la science-fiction. Ce festival qui a lieu chaque année à Nantes fêtait cette année sa quinzième édition en explorant le thème « Réalité(s) ». Films, littérature, BD, jeux de rôles, expositions, science, l’univers de la SF est exploré sous toutes ses coutures et nous invite à quatre jours de dépaysement total. Un microcosme à même de nous faire oublier la réalité, au sein d’un univers parallèle déjanté ou d’une hallucination collective.

Que trouve-t-on aux Utopiales ?

Tout d’abord, on trouve des films, en VO, de tous les pays. Rétrospectives de films cultes ou diffusion en exclusivité des nouveautés de l’année (dont certaines ne sortiront jamais au cinéma), il y en a pour tous les goûts. Avec Blade runner, A scanner darkly et un reportage sur l’écrivain, Phillipe K. Dick était cette année mis à l’honneur. Ce qui n’a pas empêché de retrouver des films comme Equilibrium, Idiocratie et Ghost in the shell.

Mais le cinéma ne fait pas tout. À travers une librairie bien fournie, des dizaines d’auteurs en dédicaces, des « prix Utopiales », des tables rondes et des conférences, la littérature n’est pas en reste. Les arts graphiques trouvent également une part belle à travers de superbes expositions (Manchu pour l’exposition principale, mais pas seulement) et les sciences sont présentes à travers des ateliers, des stands et des conférences sur la médecine, la robotique et l’exploration spatiale.

Enfin, les Utopiales, c’est une salle entière dévolue au jeu de rôle, une « Murder party », un concours de cosplay, le bar de Mme Spock, des stands, et des dizaines de visiteurs déguisés avec des costumes à couper le souffle.

IMG_8258

Au final, « Réalité(s) », qu’est-ce que j’en retiendrais ?

J’en retiendrais le passage d’un de mes films cultes : Equilibrium, mais aussi la découverte de deux véritables ovnis (japonais, évidemment) que sont Assassination classroom (le meilleur prof extra-terrestre de l’année) et Love and peace (le père-noël, ce SDF qui récupère les jouets abandonnés).

Je retiendrais également de nombreuses conférences sur la littérature SF, puisque ça a été le fil rouge de mon festival, une joute verbale improbable entre des écrivains architectes (structural) et jardiniers (scriptural), une discussion animée sur l’architecture des villes du futur, une analyse des mondes gigognes et des conférenciers anglais frustrés de ne pas pouvoir parler français (le public a voté, ce sera VO, même en conférence).

J’en ressors avec la découverte que Blade Runner est tiré d’une nouvelle intitulée Do Androïds Dream of Electric Sheep ? (oui, moi aussi je trouve l’original vachement plus cool) et la ferme intention de découvrir cet auteur (et peut-être de comprendre enfin la fascination de mon homme pour ce film).

Et enfin, je repars (façon de parler, pour une fois qu’un festival a lieu chez moi) avec le souvenir d’avoir rencontré plusieurs grenouilles (oui, toujours elles) jusque là inconnues et d’une superbe soirée dans un petit restau hyper sympa (le Cook Town, pour ceux que ça intéresse).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.