Vieux livres sur une étagère.
Archives

Le fils de l’Ange, en réflexion post-synthèse

Après un peu plus d’un mois sans nouvelles, me revoilà enfin pour vous parler du projet qui a fait naître ce blog : le roman Le fils de l’Ange.

Repassons par un petit historique (ou la rédaction d’un premier roman) :

Le roman est inspiré d’une nouvelle sans grand intérêt écrite il y a plusieurs années. Ensuite, l’idée est restée en sommeil, faisant surface une fois le temps pour apporter un ou deux points d’intrigue ou d’univers.

C’est pendant l’été 2014 que l’idée a commencé à se poser clairement avec des personnages, un monde, un système de magie et une histoire. En septembre, je craque et commence la rédaction, le premier jet est achevé en décembre.

En janvier 2015, révélation, je tombe sur le forum de La mare aux Nénuphars. Je ne vous re-détaille pas le principe de ce forum, je crois l’avoir déjà fait à de (trop) multiples reprises. Quoi qu’il en soit, je commence à y poster des extraits et je me rends compte au fil des semaines et des retours de tout ce qui ne va pas dans mon écriture.

Deux corrections plus tard, je défends mon histoire face aux éditeurs lors du speed-dating éditeurs/jeunes auteurs des Imaginales. C’était en mai 2015. Et là, miracle, mon roman intéresse un gros éditeur.

Pourtant, je sens confusément que je n’aurais qu’une seule chance et que mon livre n’est pas encore prêt à passer entre leurs mains. Je vais donc faire marche-arrière et leur annoncer que je dois d’abord le faire relire par le collectif de La mare aux nénuphars. L’éditrice se range à mon avis, mieux vaut patienter quelques mois et leur proposer un projet finalisé, plutôt que de se précipiter et leur envoyer un texte qui risquerait trop d’être refusé.

Vient donc la préparation de la soumission à la mare, car pour faire accepter mon roman, je dois d’abord atteindre l’échelon de Bêta-lecteur. Travail de bêta-lecture, rédaction du dossier de candidature, attente de réponse, synopsis, re-travail des extraits phares, attente de nouveau.* Début novembre, mon roman entre enfin en cycle.

La phase 1 du cycle, lecture et synthèse :

Il y a dix jours, la synthèse est arrivée, rédigée par mes deux super alpha (♥).

Une douzaine de pages qui décortiquent le roman, ses forces et ses (nombreuses) faiblesses. Difficile de décrire ce moment où on lit les défauts de son travail et où on se rends soudain compte de ce que l’on a failli envoyer aux éditeurs (oh my… j’étais folle et inconsciente). Après 24h de blanc, on se met au travail et on décortique, commentaire après commentaire.

En ce qui me concerne, le gros défaut du texte est l’univers. En effet, ce dernier manque de profondeur et donne une histoire lisse et linéaire où la romance prends toute la place sans parvenir à se suffire à elle-même. Un monde à peine esquissé, des personnages secondaires caricaturaux, des intrigues secondaires qui s’éparpillent sans combler le gros défaut du texte : un manque permanent de tension.

Heureusement, malgré ces points négatifs vient le soulagement d’avoir des personnages principaux cohérents et sympathiques, et dont la relation naît de manière naturelle et crédible.

Le début du travail :

Reste, avant la réécriture, à faire le tri entre ce qui doit être gardé et ce qui va changer. Un gros travail de fond qui commence par des topos afin de mieux définir mon monde :

_ géographie (oui, j’ai même fait une carte… la preuve), histoire, géopolitique, gouvernement

2016-01-21 15.23.40
Valone et ses pays limitrophes

_ un approfondissements des quelques personnages les plus caricaturaux pour expliquer leur comportement (Borth et Wild en priorité)

_ l’ajout d’une intrigue secondaire qui va permettre de rajouter de la tension tout en mettant en scène le Conseil guerrier jusque-là quasi-invisible, et va rapprocher le héro de son père

_ une meilleure utilisation du rôle des Devins

_ un gros chambardement au sein du camp militaire pour rajouter tension et crédibilité qui manquait à ce monde en guerre ou tout le monde semblait trop insouciant

_ le changement du nom du cycle (qui possède désormais quatre tomes) et passe de « Le cycle de la Manticore » (qui posait Julian en personnages central) à « Le cycle du tisseur » (Seth devient le centre de l’histoire)

_ avec tout ça, l’ajout de plusieurs personnages, des changements de noms, de situations…

Reste à trouver comment assembler ça en un tout cohérent. Les scènes à ajouter, celles à supprimer, celles à modifier (toutes ?). Tout en améliorant l’écriture pour la rendre plus immersive.

La deadline que je m’impose pour ce travail de titan ? Fin mai.

Restera ensuite à soumettre ce nouveau texte à l’œil acéré de deux nouveaux lecteurs pour un second travail de correction, plus pointu. En espérant que ce que j’aurais appris m’aidera à écrire de meilleurs textes dès le début, pour ne plus avoir à tout reprendre à ce point par la suite (pour le tome 2, c’est déjà raté).

*Lors de la dernière mise à jour de cet article, le système d’accession au statut de cycliste (relecteur de roman) et de soumission de texte s’est beaucoup allégé.

 

6 réflexions au sujet de “Le fils de l’Ange, en réflexion post-synthèse”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.