Bannière de la catégorie "Griffes et crocs"
Griffes et crocs, Technique

Tenter une traduction…

Disclaimer : J’ai cherché des fanart Drarry libres de droits sur internet pour illustrer cet article, je n’en ai pas trouvés. Du coup, j’ai décidé d’aller les piocher sur deviantart. Vu que la légalité des fanarts et fanfics, de base… n’est-ce pas… Bien entendu, toutes les illus utilisées seront sourcées.

J’ai toujours voulu m’essayer à la traduction. Voilà des années que je lis principalement en anglais avec une fluidité qui rivalise ma lecture du français, j’étais alors curieuse de savoir si je serais capable de réaliser cet exercice. Pourtant, je n’avais ni l’envie, ni l’expérience, pour me lancer dans un projet professionnel de longue haleine (typiquement, un contrat pour traduction d’un roman).

Alors quand j’ai vu passer une annonce pour créer un groupe de traduction amateur pour une fanfic Harry Potter, j’ai sauté à pieds joints sur l’occasion. Que ce soit une fanfic Drarry trans n’a rendu cela que plus fun et délicieusement ironique.

Fanart dessiné de Harry et Drago dans un bar, en train de boire un verre en se regardant amoureusement.
Deviantart par Upthehillart

Un travail en collaboration. Juste un chapitre (certes un peu long), peut-être un second dans quelques mois selon la longueur de la fic finale. Une grosse semaine de travail. Ce n’était pas raisonnable (ça ne l’est toujours pas), mais en cette période où je suis débordée et bien trop préoccupée pour avoir l’esprit à mes textes « sérieux », c’était sans doute juste ce qu’il me fallait pour me remettre le pied à l’étrier de l’écriture, retrouver le plaisir de taper, d’aligner les mots… des mots qui sont à la fois ceux d’une autre et un peu les miens quand même.

C’est un exercice surprenant, que de traduire. Garder à l’idée que les mots ne sont pas à nous, mais laisser malgré tout parler une part de notre liberté, car il est de toute façon impossible de traduire mot à mot. C’est finalement bien plus facile que je ne le croyais, même si Wordreference est mon ami et que je ne suis pas mécontente que des gens du fandom soient là pour relire derrière moi.

Fanart dessin de Harry et Drago, plutôt jeunes, au sommet de la tour d'astronomie en train d'osberser la constellation "drago" (qui est dessinée en réaliste (les étoiles) et en symbolique (le dragon)).
Deviantart par Meodwarf

Alors je traduis, je prends les phrases en anglais et je les écris en français. Souvent, c’est simple. J’ai juste à traduire les mots et la phrase tout aussi bien. Parfois, la phrase obtenue est bancale et je la tords un peu pour qu’elle soit plus fluide. Étant immensément chanceuse, je suis tombée sur un chapitre sans jeux de mots (groooooos ouf). Quelques expressions parsèment le texte, mais il existe bien souvent des pseudos équivalents en français.

Au final, là où je me pose le plus de questions, c’est sur le champ lexical. Quel niveau de discours ? Quelle modernité ? Quelle façon de parler pour les deux héros ? C’est une question que j’ai l’habitude de me poser en écriture, avec la langue française. J’ai plus de mal à distinguer les niveaux de langue en anglais. Parce que la langue en possède naturellement moins ou juste parce que je n’en ai pas une aussi bonne maîtrise ? Sans doute un peu des deux. Pourtant, il est évident que Drago et Harry n’ont pas la même manière de parler. Il est possible d’appuyer (ou d’atténuer) ce fait lors de la traduction. Là, ça devient amusant.

Fanart dessin très réaliste, où l'on voit un Drago jeune adulte en boxer, assit par terre sur une couverture dans une pièce très sombre avec Harry qui lui tourne le dos, dans la même position. ils ne se touchent pas, ambiance très douce-amer.
Deviantart par alex-malfoy

Bref, ce n’était pas raisonnable, mais je le fais quand même. Parce que j’avais besoin de me remettre à mon clavier sans avoir l’esprit assez libre pour l’oser. Et que comme souvent, cet arrêt de plusieurs semaines me faisait anticiper la reprise avec une forme d’angoisse que je connais rarement le reste du temps (mon syndrome de l’imposteur ne semble se réveiller que quand j’arrête d’écrire assez longtemps pour l’entendre m’adresser la parole. En cela, j’ai de la chance, ça veut dire que je lui suis sourde 95% du temps).

Quoi qu’il en soit, je suis là, même si pas autant que d’habitude. Je n’oublie pas mes projets en cours. Même si je prends du retard, j’y reviens doucement. Muse commence à émerger de son coma, soyez patients.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.