Vieux livres sur une étagère.
Archives

Seth en extrait, Le fils de l’Ange

Les extraits présentés dans cet article appartiennent à une version caduque du texte. Je les laisse, parce que je tiens à en garder une trace malgré tout.

Quitte à vous proposer un extrait, je me suis dis que je pouvais en profiter pour vous présenter les personnages importants. Voici donc la première apparition de Seth dans le roman, juste après le prologue !

« Ses fontes déjà au trois-quarts remplies de livres, Seth ouvrit son coffre à vêtement. Il y sélectionna ses tenues favorites, amples et pratiques. Ses armes attendaient sur son lit : arc long et court, bâton, sabre. Il ne porterait que son poignard et son petit couteau de lancer à la ceinture. Des bruits de pas résonnèrent dans le couloir, avant de s’interrompre devant sa porte, suivi de deux coups secs et décidés.
— Entre.
Sa mère apparut dans l’embrasure et embrassa la scène du regard.
— Es-tu obligé d’emmener tant de choses ? Tu te souviens que tu peux revenir tous les jours, tout de même ?
— Tu sais pourquoi je ne le fais pas.
Une lueur de peine traversa les traits de la femme, avant de disparaître derrière l’attitude fière d’une Guérisseuse en chef. Un masque, pour museler les émotions d’un métier souvent si difficile. Surtout en temps de guerre.
— Je sais qu’il t’a fait du mal, mais ton père n’est pas un si mauvais homme.
Seth secoua la tête, peu décidé à suivre sa mère sur un terrain aussi glissant.
— Je fais ce qu’il veut que je fasse. Ne m’en demande pas plus.
Je le vois bien assez sans passer mes soirées et mes jours de congé en sa compagnie. Cela, il ne le dirait pas tout haut, même si personne n’était dupe.
— Tu vas nous manquer.
Seth laissa échapper un sourire devant cette phrase assénée avec autant de sincérité que de froideur. Il acquiesça et alla étreindre sa mère. Seth sentit les bras l’enserrer dans une manifestation de tendresse rendue malhabile par sa rareté. Ma faute, celle de la barrière que j’ai dû ériger pour me protéger.
— Vous me manquerez aussi. Où est Gabrielle ?
— Dans le séchoir.
Seth relâcha sa mère, avec autant de regret que de soulagement, pour aller retrouver son aînée. Avait-elle cru esquiver son départ ? Adèle au moins l’avait embrassée avant de rejoindre ses amis en ville. Il grimpa les escaliers en prenant son temps et s’appuya sur le chambranle de la porte pour examiner la jeune femme en train de trier les racines de valériane mises à sécher sur une claire-voie. De dos, il ne voyait que ses cheveux blonds dont le chignon ramassé commençait déjà à partir à vau-l’eau, vaincu par les boucles serrées qu’elle peinait tant à domestiquer.
— Me laisseras-tu vous quitter sans me dire au revoir ?
— Tu ne mérites pas mieux ! Tu vas encore disparaître pendant des lunes ! Je suppose que nous pourrons nous estimer chanceux si nous te revoyons pour la fin de l’année ?
La voix pincée charriait une peine qui déchira le cœur de Seth. Il ravala sa propre douleur et vint embrasser sa sœur. Celle-ci se pendit à son cou et ils se serrèrent l’un contre l’autre, dans un geste bien plus naturel que celui partagé avec sa mère. »

Chapitre 1 – Le fils de l’Ange

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.