Vieux livres sur une étagère.
Archives

L’art des Guérisseurs 4

Les extraits présentés dans cet article appartiennent à une version caduque du texte. Je les laisse, parce que je tiens à en garder une trace malgré tout.

Le pouvoir des Guérisseurs

Les Guérisseurs de Valone regroupe des êtres possédant un pouvoir de Guérison. Ce pouvoir se transmet de génération en génération et se dévoile, comme tous les pouvoirs, vers l’âge de 8 ans.

Pour cela, je me suis inspirée des principes de la médecine chinoise, et en particulier de ceux de l’acupuncture avec les notions de méridiens. Le pouvoir que je mentionne reste cependant très loin de ces pratiques car ce sont des notions particulièrement complexes que je maîtrise moi-même assez mal. J’ai donc préféré prendre de la distance en utilisant les termes plus vagues de flux et d’humeurs, afin de ne pas risquer de mal interpréter les principes de cette médecine.

Les méridiens d'acupuncture - Luc Bodin
Les méridiens d’acupuncture – Luc Bodin

Explorer une blessure

Le premier niveau du pouvoir des Guérisseurs consiste à sonder le corps du patient à la recherche d’une anomalie. Le Guérisseur place ses mains à quelques centimètres du corps et envoie son pouvoir à l’intérieur de celui-ci. Ca lui permet alors de sentir l’intérieur du corps. Il lui restera alors à « interpréter » ces informations pour savoir ce qui est normal et ce qui ne l’est pas. Il faut donc une grande expérience aux Guérisseurs pour commencer à réellement comprendre ce que leur indique leur pouvoir. Ce niveau leur permet d’effectuer des diagnostics relativement précis en remplaçant les techniques d’imagerie moderne.

Agir sur une blessure

Le second niveau consiste à influer sur le fonctionnement de l’organisme. Le Guérisseur pose alors ses mains au contact de la peau et envoie son pouvoir dans le corps. Ils peuvent agir sur l’inflammation en drainant les humeurs, et sur les flux d’énergie en les restaurant lorsqu’ils sont ralentis ou interrompus.

Le dernier niveau consiste en une connexion plus globale, que Seth découvrira plus loin dans le roman. Pour celle-ci, je vous laisse la surprise !

Extrait :

« Seth oublia momentanément la beauté de Julian alors qu’il se concentrait pour appeler dans ses mains son pouvoir de Guérisseur. Celui-ci vint à lui avec facilité, comme toujours. Mais il manquait malgré tout d’expérience pour ce qui était d’interpréter les informations qu’il lui renvoyait. Il envoya doucement son pouvoir sonder l’épaule de Julian, explorant mentalement les muscles, les attaches, à la recherche d’une anomalie. L’articulation lui sembla normale, si ce n’est légèrement tuméfiée. Les muscles alentours semblaient avoir pris le plus gros du choc et ils étaient tendus et enflammés. Seth passa alors à l’étape suivante et posa les mains sur l’épaule de Julian, en regard des zones les plus atteintes, et il envoya des ondes de pouvoir pour apaiser et diminuer l’inflammation.

Seth ne savait pas vraiment comment cela fonctionnait. Les études de Guérisseur supposaient de nombreuses heures de théorie à étudier des manuscrits qui décrivaient le fonctionnement du corps et les différentes énergies à l’œuvre. Il n’en avait étudié qu’une part très réduite et fonctionnait à l’expérience. Il avait appris de sa mère et sa sœur, autant que de ses propres expérimentations sur lui-même. Son enfance lui avait donné largement de quoi s’entraîner.

Julian se tendit alors que le pouvoir de Seth pénétrait ses muscles meurtris, diluant les humeurs responsables de l’inflammation et restaurant les flux d’énergie. Seth savait que cette étape était désagréable, voir douloureuse, surtout lorsqu’elle était réalisée par un Guérisseur inexpérimenté. Mais il savait aussi que le jeu en valait la chandelle. »

Le fils de l’Ange – Chapitre 8

Ophélie Hervet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.